Article

Les politiciens dont le CV porte la mention « McKinsey » ne devraient jamais exercer une fonction publique

Liza Featherstone

— 22 décembre 2020

Les révélations sur les interventions choquantes de l’agence McKinsey en pleine crise des opiacés devraient nous rappeler à quel point cette entreprise est étroitement liée au Parti démocrate. Nous devrions faire en sorte que la présence de McKinsey sur un CV soit aussi disqualifiante que le nom d’un fabricant d’armes ou d’une société de tabac.

Gage Skidmore

McKinsey vient de publier, rapporte le New York Times, des « excuses assez spéciales »1. Celles-ci ne sont pas sans rappeler celles que pourrait présenter un méchant de dessin animé, inacceptables même selon les critères de McKinsey. À la fin du mois dernier, le Times a rapporté que les partenaires de cette société de conseil avaient discuté de la manière dont la société pharmaceutique Purdue pourrait booster les ventes d’opioïdes (ceci en pleine crise des opioïdes)2. Il s’agissait notamment de fournir un rabais aux pharmacies pour compenser le manque à gagner lorsque les clients étaient victimes d’une overdose. La révélation de cette conversation a été la goutte de trop, même pour la classe dirigeante mondiale. L’agence McKinsey affirme qu’elle a maintenant rompu ses relations avec le secteur des opioïdes et qu’elle coopère aux enquêtes sur le sujet.

  1. Avec la formation du gouvernement De Croo, le 1er octobre 2020, Thomas Dermine obtient le poste de secrétaire d’État à la Relance et aux Investissements stratégiques. Adjoint au ministre de l’Économie et du Travail Pierre-Yves Dermagne, il est également chargé de la politique scientifique. De 2009 à 2016, il a travaillé comme consultant chez McKinsey à Londres.

Une semaine avant l’annonce du Times, Joe Biden a annoncé qu’il avait choisi Louisa Terrell, l’avocate générale adjointe et directrice des affaires publiques de McKinsey, pour diriger les affaires législatives3. Aujourd’hui, Axios rapporte que Biden envisage de nommer Pete Buttigieg comme ambassadeur en Chine4. Buttigieg, lui aussi, a vécu une période de formation éminemment matérialiste chez McKinsey, comme je l’ai évoqué dans Jacobin il y a un an5.

McKinsey est l’une des pires sociétés de conseil.​ Le journaliste économique Duff McDonald, auteur de The Firm, un livre sur McKinsey, a révélé au Times que McKinsey « pourrait être à l’origine des licenciements les plus massifs de l’histoire »6 Les entreprises licencient toujours des travailleurs lorsque les temps sont durs, mais McKinsey a « perturbé » cette tradition en poussant les entreprises à le faire aussi en période de prospérité, a-t-il dit, « simplement pour faire plus de profits ». (Et, sans nul doute, pour maintenir les travailleurs restants dans la docilité et la crainte.)

McKinsey est l’une des pires sociétés de conseil et « pourrait être à l’origine des licenciements les plus massifs de l’histoire »

Du temps où Buttigieg travaillait pour la société, il a fait preuve d’un zèle impressionnant. Bien qu’il ait été très discret sur ce sujet, son intervention a probablement entraîné des licenciements à la Poste américaine et chez l’assureur Blue Cross Blue Shield. Le ministère de la Défense figurait également parmi ses clients7.

En réalité, la relation entre McKinsey et les Démocrates ne date pas d’hier.

Les employés bien rémunérés de McKinsey font des dons presque uniquement aux Démocrates. Plus important encore, ses employés ont été bien représentés dans toutes les administrations démocrates récentes. La diplomate et ancienne consultante de McKinsey, Susan Rice, a servi dans les administrations Clinton et Obama. Lael Brainard, actuellement membre du Conseil de la Réserve fédérale, a servi dans les administrations Clinton et Obama et a débuté chez McKinsey.

L’administration Obama comptait de nombreux collaborateurs de McKinsey, dont Peter Orszag, le directeur du Bureau de la gestion et du budget (OMB) de Barack Obama. Beth Cobert, directrice adjointe de l’OMB pour le second mandat d’Obama, avait été associée principale chez McKinsey ainsi que présidente du fonds de pension du cabinet, à la tête d’un impressionnant réseau de corruption8. ProPublica a mené l’année dernière une enquête accablante sur les agissements effroyables de McKinsey pour le service d’immigration américain (Immigration and Customs Enforcement ou ICE) de Donald Trump, révélant que la firme avait recommandé à l’ICE d’économiser de l’argent en lésinant sur la nourriture et les soins médicaux aux détenus. ProPublica a probablement obtenu de nombreux clics en utilisant Trump dans son titre mais il faut savoir que c’est l’administration Obama qui a d’abord eu l’idée d’engager McKinsey dans la « transformation » de l’ICE9.

Aucune différence entre les administrations entrantes et sortantes : Biden a l’intention d’engager le président de la National Wildlife Federation pour présider l’Environmental Protection Agency, tandis que le chef actuel de l’EPA sous Trump est le vice-président du Washington Coal Club. En l’absence d’une pression continue de la part d’une gauche sérieuse et bien organisée, l’administration Biden ne fera qu’aggraver la situation, c’est pourquoi ce serait une erreur de notre part de baisser les bras en oubliant Biden — et ne pas renoncer signifie rejeter avec force des candidats comme Buttigieg provenant de sociétés comme McKinsey.

Avoir de l’expérience chez McKinsey est considéré par de nombreux membres du gouvernement comme un gage d’intelligence, en raison de la préférence bien connue de l’entreprise pour les jeunes talents de l’Ivy League comme Pete Buttigieg. Mais à mesure que l’influence de la base de gauche s’accroît, cette façon de voir les choses pourrait changer. Plutôt que de constituer une étape valorisante pour les personnes douées et ambitieuses, ce passage chez McKinsey pourrait devenir une vilaine tache sur le CV, comme si l’on avait travaillé pour une compagnie de tabac ou un fabricant d’armes

Cet article est une traduction de « Any Politician With « McKinsey » on Their Résumé Is Unfit for Public Office », Jacobin, 10 décembre 2020.

Footnotes

  1. « McKinsey Issues a Rare Apology for Its Role in OxyContin Sales », New York Times, 8 décembre 2020.
  2. « McKinsey Advised Purdue Pharma How to ‘Turbocharge’ Opioid Sales, Lawsuit Says », New York Times, 2 janvier 2019.
  3. « McKinsey Proposed Paying Pharmacy Companies Rebates for OxyContin Overdoses », New York Times, 27 novembre 2020.
  4. Hans Nichols, « Scoop: Mayor Pete may get China post », Axios, 9 décembre 2020.
  5. Liza Featherstone, « Mayor Pete Buttigieg Is Even Worse Than He Seems », Jacobin, 11 décembre 2019.
  6. Gary Belsky, « Mass Layoffs? Overpaid CEOs? Blame McKinsey! », Time, 10 septembre 2013.
  7. Ibid.
  8. « As McKinsey Sells Advice, Its Hedge Fund May Have a Stake in the Outcome », New York Times, 19 février 2019.
  9. « How McKinsey Helped the Trump Administration Detain and Deport Immigrants », ProPublica, 3 décembre 2019.