Article

Amérique Latine : continent de résistance

Isabelle Vanbrabant

— 16 décembre 2019

La vague de gauche en Amérique Latine n’a pas défié le capitalisme là où il est le plus vulnérable. Entretemps, l’histoire de l’ingérence des États-Unis se répète, mais avec d’autres armes.

Il y a dix ans, les trois quarts de la population de l’Amérique latine avaient un gouvernement progressiste. De nombreux regards étaient tournés vers le continent où apparaissait une lueur d’espoir. On pouvait alors parler d’une véritable vague de gauche. Cependant, cette époque semble passée ; l’élection au Brésil du président Bolsonaro, de l’extrême droite, en est le symbole. La gauche est sur la défensive et la balle est dans le camp de la droite, bénéficiant d’un soutien important du gouvernement étasunien actuel. Depuis sa création, les États-Unis n’ont cessé de se concentrer sur la déstabilisation de leur «arrière-cour» afin de sauvegarder leurs propres intérêts stratégiques et économiques.

Néanmoins, l’Amérique latine reste l’une des régions où les mobilisations populaires sont les plus importantes. La droite a mené une politique ultralibérale ratée qui a causé de grandes blessures à la mémoire collective de l’Amérique latine. Le peuple s’y oppose et l’avenir du continent s’écrit aujourd’hui dans la rue. Au Chili, le pays qui a injecté le néolibéralisme dans la région, un des soulèvements les plus profonds de l’histoire récente est en cours. Cet essai examine plus en profondeur la montée et la descente de la vague de gauche. Il offre également des perspectives, car l’histoire progressiste de l’Amérique latine n’est pas encore terminée.

Le consensus de Washington

1982 est une année cruciale dans l’histoire récente de l’Amérique latine. Cette année-là, la crise de la dette mexicaine a provoqué une réaction économique en chaîne qui a affecté tout le continent. Les gouvernements latino-américains avaient contracté des prêts bon marché auprès de banques occidentales dans les années 1960 et 1970. Leurs économies étaient en plein essor et ils voulaient se concentrer sur l’industrialisation. Mais lorsque la grande crise pétrolière de 1973 a frappé l’Occident, les coûts ont tous été répercutés sur le Sud. Leurs gouvernements ont dû rembourser leurs dettes plus tôt avec des taux d’intérêt plus élevés, mais ils n’ont pas été en mesure de le faire. Le marché financier occidental a paniqué. Par exemple, de nombreuses banques ont cessé ou réduit leurs prêts à l’Amérique latine. Des milliards de dollars de prêts qui pouvaient auparavant être remboursés par de nouveaux prêts devaient maintenant être remboursés immédiatement. Au cours des années 1980, pas moins de 12 milliards de dollars d’intérêts et de remboursements ont été versés mensuellement aux créanciers du Nord.

Tout cela a donné naissance au soi-disant «consensus de Washington»: les politiques des institutions financières internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), dont la mission était de «sauver» le continent. Leur solution universelle, les programmes d’ajustement structurel, était une recette directement tirée du livre de cuisine de l’austérité. Une des conditions fixées par le FMI et la Banque mondiale pour permettre le remboursement et la restructuration de la dette était la déréglementation complète des marchés des capitaux. Sur les ruines de la crise de la dette mexicaine de 1982, des économies de marché néolibérales se sont construites sur tout le continent: les entreprises publiques ont été privatisées, les marchés libéralisés et les dépenses publiques réduites au minimum. Ces pays d’Amérique latine sont donc devenus très dépendants des capitaux étrangers pour l’importation de toutes sortes de biens.

Le modèle de développement du FMI vise essentiellement à obliger le Sud à donner la priorité à la production destinée à l’exportation sur le développement d’une économie intérieure diversifiée. La concurrence internationale a fait disparaître les jeunes industries locales. Les pays ont dû réduire leurs subventions pour l’alimentation de base et les transports publics et dévaluer la monnaie nationale pour rendre les exportations moins chères. Les entreprises publiques ont été privatisées et les salaires ont été gelés.

Ces économies ont accru la pauvreté. Par exemple, la subvention alimentaire a été supprimée, rendant la nourriture inabordable pour une grande partie de la population et les petits agriculteurs n’avaient plus les moyens de se la procurer. Ces économies ont limité la capacité des pays à construire leur propre économie forte et ont donné carte blanche aux multinationales qui exploitent les travailleurs et polluent l’environnement. Les travailleurs devaient travailler dans les zones franches pour un salaire de misère. Ils vivaient dans des taudis et ne gagnaient pas assez pour subvenir aux besoins de leur famille.

La pauvreté, déjà très répandue dans le passé, a augmenté avec ces programmes, même si la plupart des pays ont pu afficher des chiffres de croissance économique à la fin des années 80. L’inégalité entre riches et pauvres n’a jamais été aussi grande. En 1990, 41% des familles d’Amérique latine vivaient dans la pauvreté et 13% dans l’extrême pauvreté ; en 2002, ces chiffres étaient même passés à 43,4% et 18,8%. Les inégalités sociales sont encore plus grandes en Amérique latine qu’en Afrique ou en Asie, bien que de nombreux pays africains aient des revenus moyens par famille inférieurs1.

La vague de gauche

Cette situation économique et sociale désastreuse a épuisé la population à tel point qu’à la fin des années 1990 et au début des années 2000, des manifestations ont éclaté sur tout le continent. En Bolivie, par exemple, des protestations populaires massives ont éclaté, d’abord contre la privatisation de l’eau en 2000, puis contre la vente à bas prix du gaz à l’étranger. Le cultivateur de coca indigène Evo Morales a été à l’initiative des deux soulèvements populaires.

Les 27 et 28 février 1989, un soulèvement populaire au Venezuela a été brutalement réprimé par l’armée et la police. L’augmentation du prix du pain et de l’essence, dans le cadre du «Paquete» (une série d’économies en échange de prêts du FMI), était à l’origine du soulèvement. Le gouvernement a annoncé l’état d’urgence et a déclenché ainsi un violent incendie. Plus de 3 000 Vénézuéliens ont été tués ou n’ont jamais été retrouvés.

En Argentine, le dictateur Carlos Menem était le meilleur étudiant de la classe FMI. Les politiques de l’Argentine l’ont plongée dans la plus longue récession économique de son histoire. Le successeur de Menem a été contraint de fuir le pays par hélicoptère en 2001, après qu’une foule en colère eut forcé la fin du modèle néolibéral, appelé «l’Argentinazo».

Ces soulèvements populaires ont porté au pouvoir des dirigeants de gauche qui n’avaient pas de racines dans les organisations sociales traditionnelles comme les syndicats (à l’exception de Lula au Brésil) ou dans les partis communistes existants.2 Plus spécifiquement en Équateur et en Bolivie, le mouvement indigène était très présent pour la première fois dans la lutte. Evo Morales a été élu président en 2005 en raison de son rôle dans le mouvement de protestation bolivien. Ces nouveaux dirigeants ont été, pour ainsi dire, propulsés par ces manifestations de masse, avec un programme fort et concret fondé sur les exigences de la population.

À un moment donné, les trois quarts de la population sud-américaine (environ 350 millions de personnes) au Venezuela, en Argentine, au Brésil, au Chili, en Uruguay, au Paraguay, en Équateur, au Nicaragua et en Bolivie avaient un gouvernement de gauche. On pouvait parler d’une véritable «vague de gauche» (dans la littérature anglaise appelée «Pink Tide»).

Evo Morales a obtenu que les compagnies minières actives dans son pays paient 50% impôts, contre 18% avant.

La vague de gauche a réussi à réduire les inégalités sociales, et ce sur le continent le plus inégalitaire du monde. Ses gouvernements travaillaient d’arrache-pied pour redistribuer la richesse et contrer la tendance à une concentration extrême de la richesse qui a encouragé les pratiques néolibérales. Les moyens par excellence de cette redistribution étaient des programmes sociaux ambitieux et radicaux.

Sous le Président brésilien Lula (2003-2010), par exemple, la Bolsa Familia est entrée en vigueur: des paiements directs en espèces aux familles pauvres, à condition qu’elles acceptent de garder leurs enfants à l’école et de se soumettre régulièrement à des examens de santé. En 2013, le programme avait touché environ 12 millions de ménages (50 millions de personnes), ce qui a permis de réduire rapidement l’extrême pauvreté au Brésil et d’atteindre le premier Objectif du Millénaire pour le développement (OMD).

Ces gouvernements n’ont pas épargné non plus les élites. En Bolivie, Evo Morales a réussi à forcer les négociations avec les compagnies minières actives dans son pays. Ainsi, il a obtenu que les entreprises paient 50% impôts, contre 18% avant. Ces revenus supplémentaires provenant des nouveaux contrats ont permis de constituer une pension pour tous les Boliviens de plus de 60 ans, y compris les travailleurs informels, qui constituent presque le secteur le plus important en Amérique latine.

Au Venezuela, avec l’aide de Cuba, de grandes victoires ont été obtenues à court terme. Tout le monde a eu accès à l’éducation et aux soins de santé gratuits, des campagnes d’alphabétisation à grande échelle ont eu lieu et des logements sociaux ont été construits à un rythme record. Tout cela s’est fait à travers des dizaines de programmes sociaux: les ‘misiones’. Il s’agit d’administrations ad hoc, parallèles au gouvernement, dans lesquelles les volontaires des mouvements sociaux jouent un rôle majeur. À court terme, toute une génération de Vénézuéliens est sortie de la pauvreté, mais elle s’est aussi organisée dans et autour des missions sociales. Les mouvements sociaux étaient plus forts que jamais.

Des millions de pauvres n’ont pas seulement été sortis de la pauvreté, mais ont également eu une voix politique.

Au fur et à mesure que ces nouveaux dirigeants sont sortis des mouvements de protestation sociale, ces grands mouvements sociaux ont également été renforcés. Par exemple, le Mouvement des paysans sans terre du Brésil a travaillé en étroite collaboration avec le PT, le Parti des travailleurs de Lula, sans perdre son individualité.

Les pays de la vague de gauche ont également vécu une lutte importante pour la démocratie. Des millions de pauvres n’ont pas seulement été sortis de la pauvreté, mais ont également eu une voix politique. Même prendre au pied de la lettre: grâce à des campagnes d’alphabétisation massives et rapides, ils ont enfin pu s’exprimer. Ce n’est pas un hasard si d’intenses processus participatifs en vue d’une nouvelle constitution reconnaissant les droits fondamentaux de tous les habitants, y compris les minorités telles que les communautés autochtones, ont également eu lieu dans plusieurs pays.

En 2006 et 2007, la nouvelle constitution bolivienne a été élaborée de manière participative par une assemblée constitutionnelle. Pour la première fois, les groupes autochtones et autres groupes marginalisés ont été invités à coécrire le document qui détermine les règles du jeu boliviennes. C’était historique, parce que les groupes sociaux ne s’étaient jamais sentis représentés par l’État avant.

Front commun contre l’hégémonie américain

La vague de gauche s’est unie et s’est organisée contre l’hégémonie des États-Unis dans la région. L’Amérique latine a toujours été très importante pour les États-Unis, qui la considèrent comme leur arrière-cour. Pour comprendre cela, il faut remonter un siècle en arrière. Vers 1850, les Nord-Américains sont parvenus à agrandir leur territoire à peu près à sa taille actuelle et veulent se protéger de l’influence de l’ancienne superpuissance européenne. Sous la présidence de Monroe, la doctrine dite Monroe fut introduite3 née: avec son appel «l’Amérique aux Américains», il précisa: l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud pour les États-Unis, et personne d’autre.

L’Amérique latine est riche en terres agricoles fertiles, en minéraux et en ressources naturelles. L’Amérique latine est une région importante en matière de commerce mondial et de chaînes de production internationales, encore plus pour les États-Unis en raison de leur proximité géographique. La présence de pétrole joue également un rôle important. La région est essentielle pour que les États-Unis deviennent totalement indépendants des approvisionnements pétroliers du Moyen-Orient, ce qui leur donne un avantage stratégique énorme4.

Cependant, la domination étasunienne dans la région ne passe pas inaperçue. Lorsque les États-Unis, sous Bush Jr., ont voulu établir une zone de libre-échange qui couvrirait tout le continent américain (sauf Cuba), sur le modèle de la Zone de libre-échange nord-américaine (ALENA) qui existait déjà entre le Canada, le Mexique et les États-Unis, un front commun est apparu entre le Venezuela, le Brésil, l’Argentine et la Bolivie. La zone de libre-échange n’a jamais vu le jour. Cette victoire est due en partie aux mouvements sociaux qui craignaient l’impact désastreux sur l’économie nationale et la planète.

Sous l’impulsion de Chávez et de Cuba, la vague de gauche a fait un pas de plus. Non seulement elle a résisté à l’impérialisme étatsunien, mais a aussi résisté en construisant une alternative. Les pays de la vague de gauche avaient depuis longtemps tourné le dos aux institutions financières internationales telles que le FMI, mais avec la création du bloc régional progressiste ALBA5, avec dans son sillage Petrocaribe et le CELAC, elle a fait de l’intégration régionale une priorité.

En 2011, sous l’impulsion de Chávez6 la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes. Il comprend les 33 États d’Amérique latine et des Caraïbes. Cela peut être qualifié d’historique, car pour la première fois en Amérique latine, un organisme régional avait été créé sans les Etats-Unis, ni le Canada. La doctrine Monroe avait fini dans la poubelle. Désormais, l’Amérique latine appartenait aux Latino-américains.

Les interventions américaines

L’ingérence étasunienne en Amérique latine est une constante historique. Afin de sauvegarder leurs intérêts économiques et stratégiques dans leur arrière-cour, les États-Unis ont fait pas moins de 56 coups d’État et interventions militaires où ils n’ont pas réussi à amener un gouvernement fantoche au pouvoir7.

Les États-Unis ont fait pas moins de 56 coups d’État et interventions militaires où ils n’ont pas réussi à amener un gouvernement fantoche au pouvoir.

Le coup d’État le plus emblématique et le plus connu du grand public est celui du général Augusto Pinochet en 1973 contre le gouvernement socialiste de Salvador Allende au Chili. Cela a marqué le début d’une dictature de 17 ans au cours de laquelle au moins 3 000 personnes ont été assassinées et beaucoup d’autres torturées. Le coup d’État a été organisé par Richard Nixon, qui avait auparavant chargé la CIA de «faire crier l’économie chilienne» pour préparer le Chili à un changement de régime.

Dans les années 1970 et 1980, le continent latino-américain était largement gouverné par des dictatures militaires pro États-Unis. L’influence économique du projet néolibéral de la North American ‘Chicago School’, d’abord importée au Chili de Pinochet, se fait pleinement sentir8.

L’inconvénient de cette ingérence étrangère incessante est la culture profondément enracinée de la résistance. A la fin des années 1970 et 1980, les protestations populaires se sont cristallisées en succès des mouvements de libération: Notamment la victoire des sandinistes au Nicaragua et des guérilleros au Salvador et au Guatemala. En 1979, le mouvement sandiniste expulse le dictateur Somoza, puis poursuit une politique sociale réussie dans un cadre démocratique. L’un des plus grands succès de la révolution a été la campagne d’alphabétisation. En l’espace de six mois, un demi-million de personnes ont appris à lire, réduisant ainsi le pourcentage d’analphabètes de 50% à 13%.

Comme la guerre contre les cartels de drogue, la guerre contre la corruption était un prétexte à l’ingérence directe par les États-Unis.

Noam Chomsky appelle cela la «menace du bon exemple»[ note] Teaching Nicaragua a Lesson , Noam Chomsky, Extrait de What Uncle Sam Really Wants, 1992.[/note]. ancien président nord-américain Reagan représentait la mort d’un deuxième Cuba dans son arrière-cour. Les États-Unis ont construit un mouvement terroriste contre les sandinistes: les soi-disant Contra’s. En 1990, les sandinistes ont perdu les élections après que l’opposition armée eut complètement épuisé le pays sur les plans économique et politique. Tuer le rêve nicaraguayen n’est pas seulement une métaphore: La guerre d’opposition a coûté la vie à 30 000 personnes.

Nouveaux types de guerre

La récente vague de gauche en Amérique latine était également inacceptable pour les États-Unis dès le début. L’histoire se répète, mais avec d’autres armes. De 2000 à 2015, les États-Unis ont versé plusieurs millions de dollars dans le «Plan Colombie» , une initiative militaire visant à combattre les cartels colombiens de la drogue et les groupes de résistance de gauche. Les États-Unis ont également assuré la formation de soldats et de paramilitaires colombiens. Le Plan Colombie a servi de couverture pour accroître la présence militaire étasunienne en Amérique latine et pour réprimer les mouvements de protestation sociale. En 2009, la Colombie a accepté de mettre sept bases militaires à la disposition des États-Unis.

En 2002, les États-Unis ont officiellement lancé leur «guerre contre la corruption» sur le continent, avec le Brésil comme objectif ultime. Comme la guerre contre la drogue, la guerre contre la corruption était un prétexte à l’ingérence directe. La lutte contre la corruption est, dans la pratique, un mécanisme de maintien du néolibéralisme.

Les programmes de lutte contre la corruption au Brésil ont été dirigés par Otto Reich. Ce n’est pas un hasard s’il était également actif à l’ambassade des États-Unis au Venezuela au moment du coup d’État contre Chávez en 2002. Accusé d’une vaste opération de blanchiment d’argent appelée «Lava Jato» , le Parti travailliste des présidents Lula da Silva et Dilma Rousseff a été saccagé. Un groupe de juges ambitieux formés aux États-Unis , comme Sergio Moro , et ayant des liens exclusifs avec le groupe de médias ultraconservateurs O Globo , a mené une lutte très médiatique contre la corruption, à l’instar des Croisés.

L’ancienne présidente Dilma Rousseff a été démise de ses fonctions par le Parlement par une manœuvre sournoise, bien qu’aucune preuve n’ait jamais été produite contre elle. Officiellement, elle n’a même pas été rejetée pour des raisons de corruption, mais pour avoir embelli le budget. Cependant, presque personne au Brésil n’est au courant de cela. Le PT est assimilé à la corruption, alors que la corruption est un problème endémique dans le pays, et tous les partis politiques en sont victimes.

Bolsonaro a annulé toutes les réalisations sociales de Lula, ouvert le pays aux acteurs privés étrangers et cédé l’économie aux marchés financiers.

À la suite d’un scandale de corruption, le syndicaliste populaire et ancien président Lula a également été emprisonné. Il était le candidat le plus populaire aux élections présidentielles d’octobre 2018, raison pour laquelle son élimination était devenue une nécessité politique. Lula resta emprisonné plus de 500 jours. Dans le journal en ligne The Intercept, il a été prouvé noir sur blanc que Lula était innocent et victime d’une campagne de diffamation orchestrée.

La captivité de Lula a ouvert la voie à l’élection de l’actuel président néolibéral d’extrême droite Jair Bolsonaro. Un des groupes de pression les plus puissants, l’agrobusiness, a catapulté le parlementaire réactionnaire dans la course présidentielle. Ils parient que leurs chances de mener une politique antisociale probusiness sous un président d’extrême droite sont plus grandes, même si Bolsonaro choque l’establishment brésilien plus traditionnel.

Bolsonaro remporte les élections fin octobre 2018 avec un discours polarisant qui vise les femmes et les minorités. Mais surtout, il s’attaque au PT et à la corruption, alors qu’il a été actif dans ce même parlement corrompu depuis des décennies. Après sa victoire, il a rapidement présenté son cabinet: Le Croisé anticorruption Sergio Moro a été nommé ministre de la Justice tandis que Paulo Guedes, formé à l’American Chicago School et l’un des architectes de la politique néolibérale du dictateur chilien Pinochet, a été désigné pour tracer l’avenir du Brésil en tant que ministre de l’Économie. La boucle est de nouveau bouclée. Bolsonaro a un parcours nettement conservateur, mais aussi néolibéral. Toutes les réalisations sociales qui ont été mises en œuvre pendant le mandat de Lula ont été rapidement annulées. Lula et Dilma Rousseff ont essayé de gouverner le pays autant que possible en maintenant l’indépendance du pays, mais Bolsonaro, lui, a ouvert le pays aux acteurs privés étrangers et a cédé l’économie aux marchés financiers.

Venezuela: un exemple classique de guerre économique

De tous les pays de la vague de gauche, le Venezuela a été le plus gravement confronté à l’ingérence directe des États-Unis pour déstabiliser son projet social. Ce n’est pas un hasard si le pays possède les plus grandes réserves de pétrole du monde et entretient des liens économiques forts avec les principaux rivaux de l’impérialisme étasunien sur le long terme, principalement la Chine.

Lorsque Chávez était à la tête du Venezuela, les prix du pétrole n’étaient pas très élevés. Il a toutefois essayé, au sein de l’OPEP et ailleurs, de faire augmenter les prix du pétrole. En taxant ainsi le monde occidental, il pouvait ensuite redistribuer ces revenus par le biais de programmes sociaux et de soutien aux pays pauvres importateurs d’énergie.

Cela va à l’encontre de la vision néolibérale qui considère le pétrole comme une marchandise apolitique, entièrement soumise au prix du marché. Chávez a fait le contraire. Il a donné au pétrole sa dimension politique et utilisé ses revenus pour atteindre ses objectifs politiques, ce qui était une épine dans le pied des États-Unis et de leurs alliés. En 1997, le gouvernement a dépensé 77 millions de dollars en recettes pétrolières pour des projets sociaux. En 2012, cette somme avait plus de deux cents fois augmenté: 18 milliards de dollars. Il s’agissait d’un choix politique clair qui a eu un impact très positif sur le niveau de vie des Vénézuéliens. Selon l’ONU, le Venezuela de Chávez, avec l’Uruguay, est devenu l’un des pays où l’inégalité des revenus était la plus faible en Amérique latine.

En outre, c’est le Venezuela qui, avec Cuba, a donné une impulsion à une solidarité internationale concrète, couverte par des pétrodollars. Le Venezuela est également favorable à l’intégration régionale de l’Amérique latine. Les États-Unis craignaient une fois de plus un effet domino.

Mais lorsque Nicolás Maduro succéda à Chávez après sa mort en 2013, c’était à l’époque d’une chute dramatique des profits des ventes de pétrole. La contraction économique a été dévastatrice: 95% des recettes d’exportation vénézuéliennes, 60% des recettes budgétaires et 12% du PIB provenaient des recettes pétrolières. Cette crise économique a entravé les programmes de redistribution sociale initiés sous Chávez.

Les Etats-Unis ont renforcé la guerre économique en collaboration avec l’élite vénézuélienne qui y voyait l’occasion de renverser le gouvernement. Cette guerre économique s’est manifestée intérieurement par la pénurie artificielle de biens de base et extérieurement par les sanctions imposées par les États-Unis et dans son sillage par l’Union européenne. Cela s’est accompagné d’une offensive diplomatique visant à isoler le Venezuela: le pays devenait de plus en plus un paria sur la scène mondiale.

L’organisation Euroclear a privé le Venezuela 1,65 milliard de dollars prévus pour l’achat de médicaments et de denrées alimentaires.

La pénurie est encouragée par les importateurs privés qui créent délibérément des insuffisances de produits de base. Par exemple, le gouvernement a saisi à plusieurs reprises de grands entrepôts où les aliments avaient moisi, de sorte qu’ils ne pouvaient être vendus. Nous voyons ici les échos de la rhétorique de Nixon ‘Make the economy scream’ au Chili. Quand les gens souffrent beaucoup dans le domaine économique, ils réclament bruyamment un changement de régime. Les fluctuations de la crise économique mondiale se font sentir et l’élite nationale, active dans l’importation et la distribution, peut réussir son coup.

Pour couronner le tout, les États-Unis et l’UE ont imposé des sanctions financières au pays: Une asphyxie économique totale, avec un impact direct sur la population. Un seul exemple: à la suite des sanctions, l’organisation de services financiers Euroclear a privé le Venezuela 1,65 milliard de dollars prévus pour l’achat de médicaments et de denrées alimentaires.

Le talon d’Achille: une base économique faible et la corruption

Dans le cas du Venezuela, les revenus pétroliers n’étaient pas seulement l’atout, mais aussi le talon d’Achille du projet progressiste. Sous Chavez, 67% des revenus des exportations venaient du pétrole ; à la fin de son mandat, ce pourcentage s’élevait à 96%. Le tissu agricole et industriel vénézuélien déjà limité a donc été complètement détruit. La chute des prix du pétrole sur les marchés internationaux a rendu la dépendance du Venezuela très aiguë et les possibilités financières pour les missions sociales et autres dépenses sociales ont été brutalement réduites.

Les missions sociales avaient permis une amélioration considérable des conditions de vie de la population la plus pauvre, dont la consommation avait augmenté. Parce que la production nationale ne suivait pas, le Venezuela a dû importer de plus en plus. En raison de la chute des prix du pétrole, le pays s’est lourdement endetté. Le Venezuela n’a pas suffisamment utilisé ses dollars pétroliers pour diversifier sa structure économique. Tout tournait autour de l’industrie pétrolière alors que les autres branches industrielles languissaient. L’économie était en déclin.

Le cas du Venezuela illustre la principale faiblesse de la vague de gauche. Tous les gouvernements peuvent se vanter d’énormes réalisations sociales, mais la base économique pour cela était très fragile. «L’Empire ne dort jamais» , comme l’a bien dit le président bolivien Evo Morales. Il est donc parti à la recherche du maillon le plus faible de la chaîne pour faire descendre la vague.

Même le Venezuela, qui, à bien des égards, est allé plus loin en adaptant les structures de l’État par le biais de changements constitutionnels, a fondé son propre média Telesur et a été un pionnier dans de nombreuses alliances régionales, reste essentiellement une économie mixte. Au Venezuela, le gouvernement dépend presque entièrement du marché privé pour l’importation de denrées alimentaires et d’autres produits de base. Toutes les autres branches industrielles importantes telles que la distribution, le secteur pharmaceutique et les médias sont également restés entre les mains du secteur privé.

Le Venezuela a tenté de résoudre cette contradiction en réglementant l’économie de marché, mais les importateurs privés ont réagi par le sabotage. Ils peuvent en effet gagner plus d’argent en spéculant sur la nourriture qu’en la vendant. Pour chaque tranche de cinq dollars qu’ils reçoivent du gouvernement à des taux préférentiels, ils n’en utilisent, pour ainsi dire, qu’un pour les importations et les quatre autres pour spéculer au le marché noir.

Le deuxième maillon faible des pays de la vague de gauche est la corruption. Les mouvements de protestation ont alimenté et constitué la vague de gauche, mais ces mouvements n’ont pas engendré des partis de gauche forts. Ainsi, le PSUV, fondé par Chávez, est un parti très diversifié. Lors de sa création en 2008, 5,5 millions de personnes se sont inscrites. Cela comprenait de nombreuses forces progressistes, mais aussi des opportunistes et des transfuges d’autres partis qui ont vu où le vent tournait. Il est donc logique qu’il y ait eu des discussions internes sur la radicalité des processus de changement.

Les gouvernements de la vague de gauche ont revalorisé le rôle de l’État, qui a agi en tant que redistributeur à travers les programmes sociaux radicaux. Mais cela ne s’est pas accompagné d’une épuration des anciennes structures de l’État, ce qui a entraîné la formation une nouvelle couche sociale, pour ainsi dire, au sein de l’administration de l’État. Pour soutenir l’économie locale, cette dernière a coopéré avec le secteur privé. Cette soi-disant bolibourgeoisie a eu accès aux subventions gouvernementales, au contrôle des prix réglementés par le gouvernement, a entretenu des liens étroits avec les importateurs et n’a pas élevé la moindre objection à gagner un peu plus d’argent. Ce groupe n’avait aucun intérêt à voir sortir le Venezuela de l’impasse ou à voir s’approfondir le projet de la gauche. C’est ce groupe qui, par exemple, a empêché la nationalisation complète du secteur des importations.

Le Brésil est un autre exemple où la corruption a porté le coup fatal provisoire au projet social. Dans le pays, la corruption endémique n’a jamais été combattue durement, même pas en moins de 20 ans de politique progressiste du Parti travailliste de Lula et Dilma. Aujourd’hui, pas moins de 28 partis politiques présents au Parlement brésilien ont tous, sans exception, réussi à entrer dans ce parlement grâce au soutien financier de puissants groupes de pression. Tant le système politique que le système juridique sont complètement corrompus et biaisés. Les forces qui travaillent à faire tomber le parti des travailleurs ont exploité à fond cet appareil démocratique faible.

Le scandale de corruption «Lava Jato» s’est par la suite propagé comme une marée noire en Amérique latine et a également discrédité les présidents de gauche Correa (Équateur) et Kirchner (Argentine). Aujourd’hui, la vague de gauche en Amérique latine est associée à la corruption, y compris dans les classes populaires, qui l’ont cependant amenée au pouvoir.

Une profonde transformation

Nous devons nous demander s’il est juste que la vague de gauche soit critiquée aujourd’hui pour ne pas avoir été assez radicale. Dans le continent le plus inégalitaire du monde, s’atteler à la justice sociale est déjà radical en soi. Mettre en place une alternative dans l’arrière-cour de la plus grande superpuissance du monde qui offre une résistance efficace et remporte des victoires est aussi radical.

L’acquis le plus important de la vague de gauche est d’avoir réalisé un développement souverain autonome en faveur de sa propre population. Cet aspect a aussi profondément transformé les sociétés en question. Les gouvernements de la vague de gauche ont, dans une certaine mesure, réussi à démocratiser le pouvoir. C’était unique dans le contexte de l’Amérique latine.

Cependant, la vague de gauche n’a pas défié le capitalisme là où il est le plus vulnérable, surtout dans sa base économique. Les bases productives ne sont pas devenues véritablement indépendantes de l’impérialisme. Les gouvernements de gauche n’étaient pas non plus constitués de partis forts, ce qui a ouvert la voie à l’opportunisme et à la corruption, sapant ainsi le projet de gauche de l’intérieur.

Mais là aussi, nous ne devons pas perdre de vue la manipulation du flux d’informations. En fait, il n’est pas vrai que seul le Parti des travailleurs de Lula et Dilma ait péché par corruption, et pourtant telle est la perception dominante. C’est ainsi qu’on ‘tue le rêve’: l’alternative sociale apparaît corrompue au sens propre et au sens figuré. Il ne fait aucun doute que le PT a commis des erreurs. Tout d’abord, il n’a jamais réformé fondamentalement les structures étatiques corrompues issues d’une démocratie fragile (qui n’a que 20 ans). L’élite a été largement épargnée par Lula et la même élite l’a maintenant neutralisé lui aussi.

Dans une évaluation objective de la période de la vague de gauche, nous devons être critiques, mais nous ne devons pas nous laisser prendre au piège de l’interprétation occidentale imposée par la crise de la gauche latino-américaine. Les développements actuels dans les pays d’Amérique latine sont caricaturés aussi en Belgique pour prouver la faillite d’une recette sociale, quel que soit le contexte. Pour l’impérialisme, il s’agit avant tout de tuer le rêve: détruire l’espoir qu’il existe une alternative au statu quo néolibéral de la politique d’austérité pour les masses et de l’accumulation des profits pour l’élite.

La résistance sociale est de retour

L’alternative sociale qui régnait lors de la vague de gauche a été repoussée dans plusieurs régions par l’ancienne recette néolibérale. Mais l’échec de cette politique a été prouvé à plusieurs reprises, de sorte que la résistance à cette politique est largement soutenue. C’est ce que nous voyons aujourd’hui en Argentine et en Équateur: deux pays qui faisaient autrefois partie de la vague de gauche, mais où un président néolibéral est arrivé au pouvoir. Dans les deux pays, les gens ont résisté chacun à leur manière.

Les images des manifestations massives en Équateur en octobre 2019 contre les mesures d’austérité imposées par le FMI rappellent les manifestations au Venezuela en 1989. Le doublement du prix du pain et du carburant a été le déclencheur des deux manifestations populaires. Sous la direction du président progressiste Rafael Correa, l’Équateur a suivi une voie explicitement souveraine. Correa a mis le FMI à la porte et n’a pas permis aux États-Unis de construire une base militaire. Il a investi les recettes pétrolières, qui ont fortement augmenté sous son règne, dans les soins de santé, l’éducation et la réduction de la pauvreté. Il a pu présenter des chiffres impressionnants: entre 2007 et 2016, la pauvreté est passée de 37 à 23% et le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 68%.

Lenín Moreno a suivi ses traces, mais a rapidement pris un tout autre chemin: il a rompu radicalement avec la politique de souveraineté nationale et a soutenu l’ingérence des États-Unis en Amérique latine. Il a conclu un accord avec le FMI, qui oblige le gouvernement à mettre en œuvre un programme de réformes néolibérales.

Dans le cadre de ces réformes, les subventions pour le carburant ont disparu, de sorte que le prix a doublé. Ce sont les mouvements indigènes qui ont pris la tête de la résistance. Ils ont maintenu leurs protestations jusqu’à ce que Moreno se sente obligé de retirer les réformes et d’inviter les mouvements indigènes et autres mouvements sociaux à la table des négociations. Mais la bataille continue. Ils ont déjà remporté leur première grande victoire. La résistance d’en bas peut faire reculer même un puissant organisme international dominé par les États-Unis comme le FMI. Les négociations avec le FMI se passent dans la rue.

En Argentine, la fin de l’ère Kirchner a également signifié un retour aux prêts du FMI. Le néolibéral Macri arriva alors à la tête du pays. Quatre ans plus tard, voici le bilan: Les privatisations massives ont ouvert le pays aux capitaux internationaux, mais la pauvreté et la dette extérieure ont explosées. Plus d’un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. En quatre ans, le taux de chômage est passé de 5,8% à 10,6%, ce qui, avec les chiffres de la pauvreté, prouve l’existence d’une masse énorme de travailleurs pauvres. Dans le même temps, la dette extérieure est passée de 70USD (41% du PIB) à 160USD (91%). Macri a contracté un prêt du FMI pour un montant record de 57 milliards de dollars, assorti de conditions d’épargne et de remboursement plus sévères que celles avec lesquelles la Grèce a été étranglée en 20159.

Pendant le court mandat de Macri, pas moins de cinq grèves nationales ont eu lieu, qui ont été suivies en masse dans presque tous les secteurs, du secteur des transports à l’éducation. En 2017, Macri voulait réformer les pensions, mais n’a pas pu mettre en œuvre les mesures nécessaires en raison de la résistance sociale. La révolte contre le FMI, le «Argentinazo» de 2011, est toujours dans la mémoire collective. Les mêmes organisations sociales se sont mobilisées en masse. La victoire électorale d’Alberto Fernández, candidat d’une large coalition de forces de gauche et de centre appelée Frente de Todos (« Front de tous») le 27 octobre 2019, en est la conséquence. Après seulement 4 ans, le néolibéralisme en Argentine se trouve de nouveau dans une impasse.

Le Venezuela aussi reste debout, malgré la guerre économique à grande échelle. Sous l’administration de Trump, la résistance se poursuivra avec encore plus de détermination. Depuis janvier 2019, le pays est soumis à un blocus, tout comme Cuba. Sa population est étranglée économiquement, ce qui entraîne une importante migration vénézuélienne. Cependant, alors que, il y a six mois, l’establishment occidental parlait encore de Juan Guaidó, le président intérimaire autoproclamé du Venezuela, il risque maintenant de ne devenir qu’une simple note de bas de page dans l’histoire du Venezuela. Quoi qu’il en soit, l’opposition soutenue par les États-Unis au Venezuela a subi une défaite incroyable. L’intention de la constituer en un bloc d’opposition unifié au moyen d’injections financières en provenance des États-Unis, dans le seul but de renverser le gouvernement Maduro, a tourné court. Les seules autres mesures que cette opposition peut proposer sont de réduire les droits acquis des travailleurs, d’obtenir des prêts massifs du FMI, etc. La recette néolibérale bien connue, qui a échoué non seulement en Amérique latine, mais aussi dans d’autres régions du Sud.

Pour le peuple vénézuélien, la révolte populaire réprimée dans le sang contre «el Paquete» est gravée à jamais dans leur mémoire. Le fait que le Venezuela ait réussi à résister tient aussi à la façon dont la «révolution bolivarienne» a organisé la population en organisations de masse, à l’instar de Cuba: au niveau des quartiers, dans les entreprises, mais aussi par secteur. Une résistance sociale organisée est aussi plus efficace dans ses mobilisations.

Avec la révolution cubaine de 1959, c’est Cuba qui a provoqué un tremblement de terre politique dans la région et qui a inspiré et stimulé toutes ces luttes dans la bataille des idées. Le facteur cubain est souvent sous-estimé parce que sa révolution, avec son caractère socialiste prononcé, est d’une nature différente de celle de la vague de gauche plus large. Mais c’est Cuba qui fournit la colle pour l’ensemble du projet. C’est une source d’inspiration et d’encouragement pour les gouvernements progressistes, les classes populaires et les mouvements de lutte.

L’exemple le plus inspirant de la résistance populaire d’aujourd’hui se manifeste au Chili. C’est ici que le néolibéralisme a été introduit pour la première fois par une dictature. Au Chili, le système ultra-néolibéral a aussi été mis en œuvre de la façon la plus conséquente. Tout a été privatisé, de l’éducation à la santé et aux pensions. Même l’eau y est privatisée. 1% des plus riches détient plus de 25% du PNB. Le déclencheur des mobilisations a été une nouvelle augmentation du prix des tickets de métro dans la capitale, Santiago. Les jeunes ont décidé de ne plus payer, parce qu’ils ne pouvaient tout simplement pas sortir cet argent. Une semaine plus tard, plus d’un million et demi de Chiliens sont descendus dans les rues de Santiago lors de la plus grande marche de protestation depuis la fin de la dictature. Les mobilisations se sont étendues à toutes les provinces chiliennes et ont également visé les multinationales qui contrôlent le pays depuis la dictature de Pinochet.

Les mobilisations ont été largement soutenues par l’ensemble de la société, car la transition démocratique du Chili n’a jamais été profondément mise en œuvre. L’armée, les ministres, les multinationales, la politique fiscale et la constitution datent tous de l’époque de Pinochet. Ce soulèvement est donc bien plus qu’une simple préoccupation socio-économique. C’est l’histoire d’un peuple entier qui pense que 30 ans, c’est trop.

« Ce que nous voyons aujourd’hui en Amérique du Sud est inquiétant, mais ce n’est pas la fin de l’histoire progressiste comme certains le prétendent.»   Ces paroles ont été prononcées par le vice-président bolivien García Linera fin octobre 2018, quelques jours après la victoire du président brésilien Bolsonaro. Si la résistance chilienne réussit à éliminer le néolibéralisme, ce sera une victoire pour tout le continent. La résistance sociale équatorienne et chilienne, mais aussi en Uruguay, au Honduras, en Haïti et au Brésil, a redonné à l’Amérique latine une lueur d’espoir. C’est un exemple inspirant, y compris pour nous, ici en Occident. Cela prouve que l’histoire d’un pays se fait dans la rue, même dans l’arrière-cour de la plus grande superpuissance du monde.

Footnotes

  1. Chen S. & Ravallion M., The Developing World Is Poorer Than We Thought, But No Less Successful in the Fight against Poverty, Banque mondiale, 2008, p. 35.
  2. René Rojas, The Latin American left’s shifting tides», Catalyst, Volume 2, Numéro 2, septembre 2018.
  3. Cette doctrine, du nom du président James Monroe, était que les États-Unis s’opposeraient à toute ingérence européenne dans l’hémisphère occidental et n’interviendraient pas eux-mêmes en Europe ou dans ses colonies en Asie et en Afrique. Au début du XXe siècle, le président Theodore Roosevelt y ajouta que les États-Unis s’accordaient le droit d’intervenir dans le reste du continent américain. Dans les faits, la doctrine Monroe a été abandonnée sous le président F.D. Roosevelt au profit d’une sphère d’influence mondiale. En 2013, Obama a officiellement déclaré la doctrine mort.
  4. Voir: www.atlanticcouncil.org/blogs/new-atlanticist/here-s-why-latin-america-matters/ et globalpublicsquare.blogs.cnn.com/2012/06/13/why-the-u-s-cant-afford-to-ignore-latin-america/.
  5. L’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique, a été fondée par le Venezuela et Cuba en 2004. La Bolivie a adhéré au traité peu après son entrée en vigueur. Le Nicaragua, l’Équateur et bon nombre des petits pays des Caraïbes ont depuis suivi. De nombreux autres pays ont également adhéré en tant qu’observateurs. Contrairement aux accords de libre-échange traditionnels, les accords de l’ALBA prennent en compte les aspects sociaux et écologiques de l’accord, par exemple les divers projets d’investissement. Cette coopération régionale repose sur le principe que le développement économique doit être endogène et reposer sur une alliance économique dans la région. Mais il constituait surtout un bloc politique, culturel et idéologique plutôt qu’une intégration économique. Le programme Petrocaribe du Venezuela, qui lui permet de fournir du pétrole à un certain nombre de pays des Caraïbes et d’Amérique centrale à des taux très favorables, a été un succès.
    Voir aussi: Dario Azzellini, Julia Eder, ALBA – une alliance régionale alternative ?, Rosa Luxemburg Bruxelles, 27 mars 2017.
  6. Isabelle Vanbrabant, Integratie van Latijns-Amerika is streep door de rekening van de VS , DeWereldMorgen.be, décembre 2011.
  7. La guerre contre le Mexique a commencé en 1846, avec l’invasion de la Baie des cochons cubaine en 1961, puis des coups d’État en Équateur, au Brésil, en République dominicaine et des dizaines de coups d’État pendant la guerre froide (El Salvador, Nicaragua, Guatemala, Grenade, Honduras, Panama)
  8. L’école de Chicago s’efforce d’obtenir un marché libre parfait, où la nécessité de programmes drastiques de déréglementation, de privatisation et d’austérité s’imposent, ce qui aurait été politiquement irréalisable dans des circonstances normales. Selon Friedman, cependant, des interventions radicales qui sont impossibles dans des circonstances normales peuvent être effectuées en période de crise ou de choc majeur. Dans la «période de choc» qui a suivi le coup d’État contre Allende, les Chicago Boys ont occupé des postes importants de conseillers économiques. Dans le même temps, la CIA a formé l’armée chilienne à «garder la subversion sous contrôle». Dans d’autres pays d’Amérique du Sud, des régimes autoritaires étaient également soutenus économiquement par les théoriciens de l’école de Chicago et la CIA leur a enseigné les techniques de torture et d’interrogatoire.
  9. Maarten Geeroms, Een knauw voor het neoliberalisme in Argentinië: Macri verliest presidentsverkiezingen , Cubanismo, 28 octobre 2019.