Article

Le Monstre entre

Mike Davis

— 5 juin 2020

Les États-Unis sont donc aux premiers stades d’un ouragan Katrina médical. Après avoir désinvesti dans la préparation aux urgences médicales, ils manquent maintenant de fournitures élémentaires ainsi que de travailleurs de la santé publique et de lits d’urgence.

Coronavirus est le vieux film que nous regardons à répétition depuis que le livre Virus (The Hot Zone, 1994) de Richard Preston nous a présenté le démon exterminateur, né dans une mystérieuse grotte de chauves-souris en Afrique centrale, connue sous le nom d’Ebola. C’était la première d’une succession de nouvelles maladies qui éclatent dans le « champ vierge » (c’est le terme approprié) des systèmes immunitaires inexpérimentés de l’humanité. Le virus Ebola a été rapidement suivi de la grippe aviaire, qui a fait son apparition chez l’homme en 1997, et du SRAS, qui est apparu à la fin de 2002 ; les deux sont initialement apparus au Guangdong, le centre mondial de la production industrielle. Hollywood, bien sûr, a embrassé avec convoitise ces épidémies et a produit une vingtaine de films pour nous titiller et nous effrayer. (Contagion de Steven Soderbergh, sorti en 2011, se distingue par sa précision scientifique et son anticipation étrange du chaos actuel.) En plus de ces films et des innombrables romans d’horreur, des centaines de livres sérieux et des milliers d’articles scientifiques ont fait écho à chaque épidémie, beaucoup soulignant l’état épouvantable de la préparation mondiale pour détecter et répondre à de telles nouvelles maladies.

Mike Davis est l’auteur de City of Quartz (Verso, 1990), Late Victorian Holocausts (Verso, 2002), Buda’s Wagon (Verso, 2007) et Planet of Slums (Verso, 2006). Il est lauréat d’une bourse MacArthur et du prix littéraire Lannan.

Alors, le coronavirus entre par la porte de devant comme un monstre familier. Le séquençage de son génome (très similaire à celui du SRAS bien étudié) était assez simple, mais les informations les plus vitales manquent encore. Alors que les chercheurs travaillent jour et nuit pour caractériser le virus, ils sont confrontés à trois énormes défis. Premièrement, la pénurie persistante de trousses de dépistage, surtout aux États-Unis et en Afrique, a empêché d’estimer avec précision des paramètres clefs comme le taux de reproduction, la taille de la population infectée et le nombre d’infections bénignes. Le résultat a été un chaos de chiffres.

Deuxièmement, comme les grippes annuelles, le virus est en train de muter dans des populations dont la composition par âge et les conditions de santé sont différentes. La variété que les Américains sont les plus susceptibles d’obtenir est déjà légèrement différente de celle de l’épidémie originale à Wuhan. Une autre mutation pourrait être bénigne ou elle pourrait modifier la distribution actuelle de la virulence qui augmente fortement après l’âge de 50 ans. Quoi qu’il en soit, la « grippe corona » de Trump représente au minimum un danger mortel pour le quart des Américains qui sont âgés, ont un faible système immunitaire ou souffrent de problèmes respiratoires chroniques.

Troisièmement, même si le virus reste stable et mute peu, son impact sur les cohortes d’âge plus jeunes pourrait différer radicalement dans les pays pauvres et parmi les groupes à forte pauvreté. Pensons à l’expérience mondiale de la grippe espagnole de 1918-1919, dont on estime qu’elle a tué de 1 à 2 % de l’humanité. Chez nous et en Europe de l’Ouest, le H1N1 original en 1918 était le plus mortel pour les jeunes adultes. Cela a généralement été lié à leur système immunitaire relativement fort, qui a réagi de façon excessive à l’infection en attaquant les cellules pulmonaires, ce qui a entraîné une pneumonie virale et un choc septique. Plus récemment, cependant, certains épidémiologistes ont théorisé que les personnes âgées peuvent avoir été protégées par la « mémoire immunitaire » d’une épidémie antérieure dans les années 1890.

La pénurie persistante de trousses de dépistage, surtout aux États-Unis et en Afrique, a empêché d’estimer avec précision la diffusion du virus.

La grippe espagnole a trouvé un créneau privilégié dans les camps militaires et les tranchées sur le champ de bataille où elle a fauché de jeunes soldats par dizaines de milliers. Cela est devenu un facteur majeur dans la bataille des empires. L’effondrement de la grande offensive allemande de 1918 et donc l’issue de la guerre ont été attribués au fait que les Alliés, contrairement à leur ennemi, pourraient reconstituer leurs armées malades avec des troupes américaines nouvellement arrivées. Mais la grippe espagnole dans les pays pauvres avait un profil différent. On sait peu que près de 60 % de la mortalité mondiale, peut-être 20 millions de décès, est survenue au Pendjab, à Bombay et dans d’autres régions de l’ouest de l’Inde, où les exportations de céréales vers la Grande-Bretagne et les pratiques brutales de réquisition ont coïncidé avec une sécheresse majeure. Les pénuries alimentaires qui en ont résulté ont poussé des millions de pauvres au bord de la famine. Ils sont devenus victimes d’une sinistre synergie entre la grippe et la malnutrition, qui a inhibé leur réponse immunitaire à l’infection et produit une pneumonie bactérienne et virale endémique. Dans un cas similaire en Iran occupé par les Britanniques, plusieurs années de sécheresse, de choléra et de pénuries alimentaires, suivies d’une épidémie de paludisme généralisée, ont préconditionné la mort d’un cinquième de la population.

Cette histoire, en particulier les conséquences inconnues des interactions avec la malnutrition et les infections existantes, devrait nous avertir que la Covid-19 pourrait emprunter une voie différente et plus mortelle dans les bidonvilles denses et malsains d’Afrique et d’Asie du Sud. Avec les cas qui apparaissent maintenant à Lagos, Kigali, Addis-Abeba et Kinshasa, personne ne sait (et ne le saura pas pendant longtemps en raison de l’absence de tests) comment elle peut être en synergie avec les conditions de santé et les maladies locales. Certains ont prétendu que, parce que la population urbaine de l’Afrique est la plus jeune au monde, les plus de 65 ans ne représentant que 3 % de la population contre 23 % en Italie, la pandémie n’aura qu’un impact modéré. À la lumière de l’expérience de 1918, c’est une extrapolation stupide. Tout comme l’hypothèse selon laquelle la pandémie, comme la grippe saisonnière, diminuera avec un temps plus chaud.

Plus probablement, comme l’a averti Science le 15 mars, l’Afrique est « une bombe à retardement ». En plus de la malnutrition, le carburant pour une telle explosion virale est le grand nombre de personnes dont le système immunitaire est paralysé. Le VIH, virus du SIDA, a tué 36 millions d’Africains au cours de la dernière génération et les chercheurs estiment qu’il y a actuellement 24 millions de cas, avec au moins 3 millions de personnes souffrant de la « peste blanche », la tuberculose. Quelque 350 millions d’Africains souffrent de malnutrition chronique et le nombre de jeunes enfants dont la croissance a été freinée par la faim a augmenté de millions depuis 2000. La distanciation sociale dans les mégabidonvilles comme Kibera au Kenya ou Khayelitsha en Afrique du Sud est une impossibilité évidente, alors que plus de la moitié des Africains n’ont pas accès à l’eau potable et à l’assainissement de base. De plus, cinq des six pays ayant les pires soins de santé au monde se trouvent en Afrique, y compris le plus peuplé, le Nigeria. Le Kenya, pays connu pour exporter ses infirmières et ses médecins, dispose de 130 lits de soins intensifs et de 200 infirmières certifiées pour accueillir l’arrivée de la Covid-19.

Dans un an, nous pourrons, avec le recul, regarder avec admiration le succès de la Chine à contenir la pandémie et, avec horreur, l’échec des États-Unis. (Je fais l’hypothèse héroïque que la déclaration chinoise de transmission en baisse rapide est plus ou moins exacte.) L’incapacité de nos institutions à garder fermée la boîte de Pandore n’est pas une surprise. Depuis 2000, nous avons constaté à plusieurs reprises des pannes dans les soins de santé de première ligne. Les saisons des grippes en 2009 et 2018, par exemple, ont submergé les hôpitaux à travers le pays, révélant la pénurie dramatique de lits d’hôpitaux après des années de coupes motivées par le profit de la capacité d’accueil. La crise remonte à l’offensive des entreprises qui a porté Reagan au pouvoir et converti les principaux démocrates en porte-parole néolibéraux. Selon l’American Hospital Association, le nombre de lits d’hospitalisation a diminué de 39 % entre 1981 et 1999. L’objectif de cette réduction était d’augmenter les bénéfices en augmentant le taux d’occupation. Mais l’objectif de la direction de 90 % d’occupation signifie que les hôpitaux n’ont plus la capacité d’absorber l’afflux de patients pendant les épidémies et les urgences médicales.

Selon l’American Hospital Association, le nombre de lits d’hospitalisation a diminué de 39 % entre 1981 et 1999.

Au cours du nouveau siècle, la médecine d’urgence aux États-Unis continue d’être réduite dans le secteur privé par l’impératif de la valeur pour l’actionnariat d’augmenter les dividendes et les bénéfices à court terme et, dans le secteur public, par l’austérité budgétaire et la réduction des budgets de précaution. En conséquence, il n’y a que 45 000 lits disponibles en soins intensifs pour faire face au flux prévisible de cas critiques de coronavirus. (En comparaison, les Sud-Coréens ont trois fois plus de lits disponibles pour 1 000 personnes que les Américains.) Selon une enquête menée par USA Today, « seuls huit États auraient suffisamment de lits d’hôpital pour traiter le million d’Américains de 60 ans et plus qui pourraient devenir malades de la Covid-19. Dans le même temps, les républicains ont repoussé tous les efforts pour reconstruire les filets de sécurité déchiquetés par les coupes budgétaires de la récession de 2008. Les services de santé locaux et nationaux — la première ligne de défense vitale — emploient 25 % de personnel en moins aujourd’hui qu’avant le Black Monday il y a douze ans. Au cours de la dernière décennie, le budget des CDC a chuté de 10 % en termes réels. Depuis le couronnement de Trump, les déficits budgétaires n’ont été qu’exacerbés. Le New York Times a récemment rapporté que 21 % des services de santé locaux ont signalé des réductions de budget pour l’exercice 2017.

Trump a également fermé le bureau de la pandémie de la Maison Blanche, une direction établie par Obama après l’épidémie d’Ebola de 2014 pour assurer une réponse nationale rapide et bien coordonnée aux nouvelles épidémies et, trois mois avant l’épidémie, il a fermé le projet PREDICT, un système d’alerte précoce de pandémie et un programme d’aide étrangère mis en place après la crise de la grippe aviaire en 2005. Selon Science, PREDICT a « découvert plus de 1 000 virus dans des familles virales qui contiennent des zoonoses, y compris des virus impliqués dans des flambées récentes et d’autres virus préoccupants en permanence pour la santé publique ». Ce total comprenait 160 coronavirus potentiellement dangereux identifiés chez les chauves-souris et d’autres animaux.

Nous sommes donc aux premiers stades d’un ouragan Katrina médical. Après avoir désinvesti dans la préparation aux urgences médicales alors que tous les avis d’experts recommandaient une expansion majeure de la capacité, les États-Unis manquent maintenant de fournitures élémentaires ainsi que de travailleurs de la santé publique et de lits d’urgence. Les stocks nationaux et régionaux ont été maintenus à des niveaux bien inférieurs à ce qui est indiqué par les modèles épidémiques. Ainsi, la débâcle des kits de test a coïncidé avec une pénurie critique d’équipements de protection de base pour les agents de santé. Les infirmières militantes, notre conscience sociale nationale, s’assurent que nous comprenons tous les graves dangers créés par des stocks inadéquats de fournitures de protection comme les masques N95. Ils nous rappellent également que les hôpitaux sont devenus des serres pour les super-microbes résistants aux antibiotiques tels que C. difficile, qui peuvent devenir des tueurs secondaires majeurs dans les services hospitaliers surpeuplés.

L’épidémie a instantanément révélé le fossé de classe en soins de santé que Notre Révolution, le groupe de campagne populaire issu de la candidature de Bernie Sanders en 2016, a mis à l’ordre du jour national. En somme, ceux qui ont de bons plans de santé et qui peuvent également travailler à domicile seront protégés, en supposant qu’ils respectent les précautions nécessaires. Les fonctionnaires et autres travailleurs syndiqués bénéficiant d’une couverture décente devront faire des choix difficiles entre leur revenu et leur santé. Pendant ce temps, des millions de travailleurs des services à bas salaire, d’ouvriers agricoles, de chômeurs et de sans-abri seront jetés aux loups. Comme nous le savons tous, une couverture universelle qui ne soit pas dépourvue de sens suppose une disposition universelle de paiement des jours de maladie. Quelque 45 % de la main-d’œuvre américaine se voit actuellement refuser ce droit et sont donc obligés de transmettre l’infection ou de mettre à table une assiette vide. De même, quatorze États républicains ont refusé de promulguer la disposition de la loi sur les soins abordables qui étend Medicaid aux travailleurs pauvres. C’est pourquoi un Texan sur quatre, par exemple, n’a pas de couverture et n’a que les urgences de l’hôpital du comté pour se faire soigner.

Quelque 45 % de la main-d’œuvre américaine se voit actuellement refuser le droit de paiement des jours de maladie et sont donc obligés de transmettre l’infection ou de mettre à table une assiette vide.

Avec Sanders menant la charge comme d’habitude, les démocrates ont réussi à faire pression sur la Maison Blanche et les républicains du Congrès pour qu’ils acceptent le congé de maladie payé comme mesure d’urgence. Mais, comme Sanders l’a immédiatement souligné, la législation de compromis reste pleine d’échappatoires cachées et peut être abrogée dès que la pandémie recule. Néanmoins, il s’agit d’une tête de pont importante pour faire passer la lutte au niveau supérieur : des jours de maladie permanents et universels pour l’ensemble de la main-d’œuvre. Et comme l’administration Trump, paniquée par la perspective de l’anéantissement électoral, concède d’autres mesures sensées, telles que le contrôle du gouvernement sur la production de fournitures médicales clefs, de nouvelles opportunités se présentent pour faire valoir les arguments en faveur de la médecine publique dans les mois à venir.

Les contradictions mortelles des soins de santé privés au moment d’une épidémie sont les plus visibles dans l’industrie des maisons de retraite à but lucratif qui héberge 2,5 millions de personnes âgées américaines, la plupart d’entre elles bénéficiant de Medicare. Il s’agit d’un secteur hautement compétitif qui tire profit des bas salaires, du manque de personnel et des réductions illégales sur les coûts. Des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année parce que les établissements négligent les procédures de base de contrôle des infections et parce que les gouvernements des États ne tiennent pas la direction responsable de ce qui ne peut être qualifié que d’homicide involontaire. Pour de nombreuses maisons de soins, en particulier dans les États du Sud, il est moins coûteux de payer des amendes pour violation des règles sanitaires que d’engager du personnel supplémentaire et de lui fournir une formation adéquate. Il n’est pas surprenant que le premier épicentre de la transmission communautaire ait été le Life Care Center, une maison de soins située à Kirkland, dans la banlieue de Seattle. J’ai parlé à Jim Straub, un vieil ami et organisateur syndical dans les maisons de retraite de la région de Seattle, qui a décrit l’établissement comme « l’un des plus mal dotés en personnel de l’État » et plus largement le système des maisons de retraite de Washington comme « le plus sous-financé du pays — une oasis absurde de souffrances austères dans une mer d’argent technologique ».

En outre, il a souligné que les responsables de la santé publique ignoraient le facteur crucial qui expliquait la transmission rapide de la maladie du Life Care Center à dix autres maisons de soins infirmiers à proximité : « Les travailleurs des maisons de repos et de soins dans le segment le plus cher aux États-Unis ont universellement plusieurs emplois, généralement dans plusieurs maisons de repos et de soins. » Les autorités n’ont pas réussi à trouver les noms et les emplacements de ces deuxièmes emplois et ont ainsi perdu tout contrôle sur la propagation de la Covid-19. Personne ne propose encore d’indemniser les travailleurs exposés pour leur confinement à domicile. À travers le pays, des dizaines, probablement des centaines de maisons de repos et de soins deviendront des points chauds pour le coronavirus. De nombreux travailleurs finiront par choisir la banque alimentaire plutôt que de telles conditions et refuseront de se rendre au travail. Auquel moment le système pourrait s’effondrer et nous ne devrions pas nous attendre à ce que la Garde nationale vide les bassins de lit.

La pandémie diffuse la question de la couverture universelle et des congés payés à chaque pas de son avance meurtrière.

La pandémie diffuse la question de la couverture universelle et des congés payés à chaque pas de son avance meurtrière. Tandis que Biden s’attaque à Trump, les progressistes doivent s’unir comme Bernie le propose pour gagner la Convention démocratique à l’assurance-maladie pour tous. Ce sera la tâche conjointe des délégués Sanders et Warren au Forum Fiserv de Milwaukee à la mi-juillet, mais le reste d’entre nous avons un rôle tout aussi important à jouer dans la rue, à commencer par la lutte contre les expulsions, les licenciements et les employeurs qui refusent d’indemniser des travailleurs privés de travail. (Vous avez peur de la contagion ? Tenez-vous à six pieds du manifestant voisin ; cela ne peut que faire une image plus forte à la télévision.) La couverture universelle et les revendications associées ne sont cependant qu’une première étape. Il est décevant que, dans les débats principaux, ni Sanders ni Warren n’aient souligné l’abdication de Big Pharma dans la recherche et le développement de nouveaux antibiotiques et antiviraux. Sur les dix-huit plus grandes sociétés pharmaceutiques, quinze ont totalement abandonné le domaine. Les médicaments cardiaques, les tranquillisants addictifs et les traitements de l’impuissance masculine sont des leaders du profit, pas les défenses contre les infections hospitalières, les maladies émergentes et les tueurs tropicaux traditionnels. Un vaccin universel contre la grippe, c’est-à-dire un vaccin qui cible les parties immuables des protéines de surface du virus, est une possibilité depuis des décennies, mais jamais suffisamment rentable pour être une priorité.

Alors que la révolution des antibiotiques fait marche arrière, les anciennes maladies réapparaîtront aux côtés de nouvelles infections et les hôpitaux deviendront des charniers. Même Trump peut, de façon opportuniste, râler sur le coût absurde de certaines prescriptions, mais pour lutter contre ce scénario, nous avons besoin d’un programme pour briser les monopoles des médicaments et assurer la production publique de médicaments vitaux. (Ça s’est vu dans le passé : pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine a engagé Jonas Salk et d’autres chercheurs pour développer le premier vaccin contre la grippe.) Comme je l’ai écrit il y a quinze ans dans The Monster at Our Door :

« L’accès aux médicaments vitaux, y compris les vaccins, les antibiotiques et les antiviraux, devrait être un droit de l’homme, universellement accessible sans coût. Si les marchés ne peuvent pas inciter à produire ces médicaments à bas prix, les gouvernements et des organisations à but non lucratif devraient assumer la responsabilité de leur fabrication et de leur distribution… On doit à tout moment accorder à la survie des pauvres une priorité plus élevée que les bénéfices de Big Pharma. »

Un vaccin universel contre la grippe est une possibilité depuis des décennies, mais jamais suffisamment rentable pour être une priorité.

La pandémie actuelle élargit l’argument : la mondialisation capitaliste semble désormais biologiquement non durable en l’absence d’une véritable infrastructure de santé publique internationale. Mais une telle infrastructure n’existera jamais tant que les mouvements sociaux n’auront pas brisé le pouvoir de la Big Pharma et des soins de santé à but lucratif. Cela nécessite une conception socialiste indépendante de la survie humaine qui va au-delà d’un New Deal mis à jour. Depuis l’époque d’Occupy, les socialistes ont mis la lutte contre l’inégalité des revenus et des richesses en première page : une grande réussite à coup sûr. Mais maintenant, nous devons franchir la prochaine étape en faveur de la propriété sociale et de la démocratisation du pouvoir économique, avec les secteurs de la santé et pharmaceutique comme cibles immédiates.

La gauche doit également évaluer honnêtement nos faiblesses politiques et morales. Aussi enthousiasmé que j’aie été par l’évolution à gauche d’une nouvelle génération et la réapparition du mot « socialisme » dans le discours politique, il y a un élément inquiétant du solipsisme national dans le mouvement progressiste américain qui est symétrique avec le nouveau nationalisme. Nous avons tendance à ne parler que de la classe ouvrière américaine et de l’histoire radicale américaine (en oubliant peut-être que Debs était un internationaliste jusqu’à l’os), dans ce qui vire parfois près d’une version de gauche de l’Amérique d’abord. En s’attaquant à la pandémie, les socialistes devraient donc souligner l’urgence de la solidarité internationale à chaque occasion possible. Concrètement, nous devons mettre en branle nos amis progressistes et leurs vedettes politiques pour exiger une augmentation massive de la production de kits de test, de fournitures de protection et de médicaments vitaux pour une distribution gratuite dans les pays pauvres. C’est à nous de faire en sorte que Medicare for All devienne une politique étrangère autant que nationale.

Une version antérieure de cet article a été publiée sur le site Internet de Jacobin le 14 mars 2020 ; il a été amplifié et mis à jour pour la New Left Review. Merci à Jean-Louis Scarsi pour la traduction.