Critique

La date de péremption du capitalisme

Michael Roberts

— 10 avril 2017

  1. How Will Capitalism End ? Essays on a Failing System est le dernier livre de Wolfgang Streeck. Streeck (1946) est spécialisé dans la sociologie économique. Il est directeur Emérite à Institut Max Planck à l’Université de Cologne. Pendant les annèes 1990 il a conseillé le gouvernement Schröder. Son dernier livre paru en français est Du temps acheté : la crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique paru chez Gallimard.

Depuis la crise de 2008, les critiques du capitalisme se multiplient. Parmi celles-ci, celle de Wolfgang Streeck, pillier de la social-démocratie allemande, prédit l’implosion du capitalisme.

Son opinion pèse lourd, en tout cas assez pour qu’elle soit analysée par Martin Wolf dans le Financial Times et qu’il soit lui-même interviewé de façon approfondie par le chroniqueur principal du Guardian, un journal « libéral » de Grande-Bretagne.

Il est admiré par les dirigeants actuels du Parti travailliste au Royaume-Uni et a été invité à la conférence annuelle du parti à Liverpool. Comme on peut le lire dans le Guardian, « l’analyse de Streeck a d’autant plus de poids qu’il est issu de la structure même qu’il attaque. Il a joué plusieurs rôles clés : directeur adjoint du meilleur institut de sciences humaines d’Allemagne, conseiller du gouvernement de Gerhard Schröder à la fin des années 90… C’est un des théoriciens les plus éminents du capitalisme.1

La thèse de Streeck, comme le titre de son livre le sous-entend, est que le capitalisme est un système qui touche à sa fin et que celle-ci arrive à grands pas. Il commence par reprendre un ouvrage intitulé Does Capitalism Have a Future ?2 qui regroupe des contributions d’Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian et Craig Calhoun. Comme le dit Streeck, tous ces spécialistes sont d’accord sur le fait que le capitalisme va vers une crise ultime, même si chacun invoque des raisons différentes.

Wallerstein estime que le capitalisme est dans la période de dépression d’un cycle de Kondratiev3 dont il ne pourra pas se relever (pour une multitude de raisons, principalement en rapport avec le déclin de l’ordre mondial sous l’hégémonie américaine). Craig Calhoun, de son côté, estime que le capitalisme va mener à des économies régies par l’État qui pourraient restaurer le capitalisme mais sous une nouvelle forme « sans marché ». Michael Mann convient que l’hégémonie américaine est terminée et que le capitalisme va devenir la plateforme imprévisible d’une lutte entre plusieurs rivaux capitalistes, alors que la classe ouvrière est dispersée. Le seul espoir est que des forces sociales-démocrates de compromis l’emportent. C’est Randall Collins qui propose la vision la plus proche du marxisme, selon Streeck : le capitalisme va devoir de plus en plus se passer du travail humain et le remplacer par des robots et de l’intelligence artificielle. Cela va créer des conflits de classe et de la sous-consommation, puisque la plupart des ouvriers n’auront de revenu suffisant pour acheter les produits issus de la robotisation. Bien que l’analyse de Collins ne soit pas marxiste (à mon avis), il conclut que la seule issue est une transformation socialiste. Pour finir, Derluguian affirme que la chute de l’Union soviétique suggère que le capitalisme ne cédera pas la place au socialisme, mais plutôt à une fragmentation postcapitaliste.

Quelle est alors la position de Streeck ? Sa vision de l’état actuel du capitalisme est très bien exposée, en particulier sa critique des réponses keynésiennes et réformistes. Il pense que le capitalisme disparaîtra « découpé en morceaux » et qu’aucune des alternatives présentées par Mann et Calhoun ne pourra le sauver. Sans la force du prolétariat pour faire avancer la société vers le socialisme, le capitalisme s’écroulera sous « ses propres contradictions » et sera suivi, non par le socialisme, mais par « un long interrègne », « une période prolongée d’entropie » où le « collectivisme » n’émergera pas, laissant la place à un « individualisme » disparate.

Cinq problèmes systémiques

Streeck montre du doigt « cinq problèmes systémiques » du capitalisme avancé que nous connaissons aujourd’hui : la stagnation, la redistribution oligarchique, la spoliation du domaine public, la corruption et l’anarchie globale. Ces troubles empirent continuellement, mettant ainsi le capitalisme en tant qu’ordre social dans une situation critique. La croissance a laissé place à une longue stagnation et les progrès économiques subsistants sont de moins en moins partagés. Le capitalisme est à présent victime de crises chroniques d’inflation, de déficit des finances publiques et d’explosion de dette privée. Les institutions de régulation censées stabiliser le système se sont effondrées.

Streeck repère dans l’inégalité croissante une première perturbation systémique : les 400 plus gros contribuables aux États-Unis ont un revenu plus de dix mille fois supérieur à celui des 90 % des contribuables du bas de l’échelle ; les 100 ménages les plus riches ont une fortune cent fois plus grande. Il identifie ensuite l’évidente corruption par les riches et les puissants, comme le montre le rôle des banques, et aussi la puissance grandissante du capital financier, correctement décrit comme secteur totalement improductif et nuisible du capitalisme. Tout ceci a déjà été dépeint par beaucoup de monde — en particulier par l’économiste Thomas Piketty dans son excellent best-seller (que presque personne n’a dû lire en entier), Le Capital au XXIe siècle.4 Les explications de Streeck des injustices et des échecs du capitalisme sont bien plus faciles à comprendre que celles de Piketty.

Streeck conclut que le capitalisme a fait son temps en tant que forme d’organisation sociale. Dans les années 80, on a abandonné l’idée que le « capitalisme moderne » puisse fonctionner comme une « économie mixte », à la fois gérée par la technocratie et contrôlée par la démocratie. Plus tard, durant la révolution néolibérale, on a considéré que l’ordre social et économique émergeait bien gentiment de « la liberté des forces du marché ». Mais le krach de 2008 a discrédité à son tour la promesse de marchés autorégulés et équilibrés sans intervention et aucune nouvelle formule possible ne se fait jour pour une gouvernance politico-économique. On peut même considérer cela comme un symptôme d’une crise qui est devenue systémique, ce qui s’avère de plus en plus évident avec le temps.

À l’ère de la mondialisation, affirme Streeck, les États sont situés dans des marchés et non l’inverse. C’est la logique des marchés qui détermine tout, surtout dans la sphère politique où plus rien n’est épargné en leur nom : des impôts toujours plus bas, toujours moins de régulation, toujours plus de pouvoir sur les ouvriers, tout cela pour satisfaire « la demande des marchés internationaux ». Le secteur le plus prisé dans notre monde globalisé est celui de la finance, qui est passé du niveau national au niveau international grâce aux Américains. « L’industrie financière a réussi à échapper au contrôle démocratique partout sauf peut-être aux États-Unis », affirme Streeck. Pourtant, c’est là-bas « qu’elle est devenue la source la plus importante de croissance, de revenu fiscal et de financement de campagnes ». Comme il le dit, le secteur financier est devenu une circonscription électorale à lui seul, alors que, comme dans tout phénomène globalisé, les électeurs, coincés dans leur petit État-nation, n’ont, semble-t-il, rien à dire.

Selon Streeck, le fait que la mondialisation a séparé la démocratie de l’économie politique « a affaibli le processus démocratique tout en permettant au capitalisme un nouveau plan de croissance non égalitaire dicté par le marché ». Le peu de pouvoir qu’avaient les syndicats a disparu. La mondialisation fournit aux grandes entreprises un accès illimité à la main-d’œuvre la moins chère du monde — là où les salaires sont les plus bas, par exemple à la périphérie, là où les travailleurs sont cachés à la vue du monde. À l’inverse du capital mondial homogène, les travailleurs du monde sont dispersés aux quatre coins de la planète et sont divisés par la langue et leurs origines.

Une implosion interne

Streeck pense que le capitalisme mondial finira par imploser, non pas à cause des révoltes venant d’en bas mais plutôt à cause de son propre dysfonctionnement. Autrement dit, le capitalisme est son propre bourreau. Mais le post-capitalisme ne signifie pas un système « socialiste » meilleur comme l’espèrent les marxistes. Pour Streeck, c’est un préjugé marxiste de penser que « le capitalisme en tant qu’époque historique se terminera seulement lorsqu’une société nouvelle ou meilleure émergera et qu’un sujet révolutionnaire sera prêt à la mettre en place pour le progrès de l’humanité. » Au contraire de cette meilleure société attendue, le capitalisme est injuste, corrompu et incapable de répondre aux besoins du peuple. Mais parce qu’il n’existe aucune force positive dans la société pour remplacer le capital, le capitalisme « restera pour le moment dans les limbes, mort ou sur le point de mourir de sa propre overdose. »

La montée des mouvements et des partis « populistes » anti-migrants et nationalistes en Europe, le Brexit au Royaume-Uni et la victoire du démagogue Donald Trump aux élections présidentielles américaines semblent maintenant confirmer la prédiction de Streeck. Le compromis à la fois social et démocratique de l’âge d’or de la croissance économique et du plein emploi des années 60 a mené à la période néolibérale de la démolition de l’État-providence, aux marchés dérégulés et à la mondialisation. Après la grande récession qui a suivi 2008, les revenus réels en stagnation pour la majorité et les énormes acquis pour une minuscule élite, le socialisme n’est pas au programme, ce serait plutôt le début de « l’âge de la colère ».

La critique que fait de Streeck Martin Wolf, chroniqueur au Financial Times, fervent défenseur du capitalisme, consiste à rejeter le pessimisme de Streeck concernant le capitalisme. Bien sûr, déclare Wolf, Streeck a raison de dire qu’il n’existe d’équilibre stable dans aucune société. « L’économie et la politique doivent s’adapter et changer. » Mais seule une économie de marché peut apporter la « démocratie ». Le danger ne réside pas dans la fin du capitalisme, mais dans la fin de la démocratie. Wolf déclare donc que les gouvernements démocratiques doivent coopérer pour s’assurer qu’ils « gèrent les tensions entre l’État-nation démocratique et l’économie de marché. » « Est-ce faisable ? Oui, absolument », répond Wolf — même s’il ne précise pas la méthode. À l’inverse de Wolf, Streeck rejette la possibilité d’une alliance entre la démocratie et l’économie de marché.

« J’ai passé une grande partie de ma vie à envisager toutes les possibilités de résoudre intelligemment la lutte des classes dans un cadre social-démocrate », explique-t-il lors d’un déjeuner. « Comment faire évoluer le capitalisme vers l’égalité et la justice sociale, comment apprivoiser la bête ? J’ai maintenant l’impression que ces espoirs sont plus ou moins utopiques.5 »

Les inégalités extrêmes de richesse et de revenu ont toujours été la marque de fabrique du capitalisme, et non une simple conséquence de l’ « économie moderne ». La courte période de l’âge d’or après 1945 est une exception, contrairement à la période néolibérale qui a commencé dans les années 70. Par conséquent, lorsque Wolf exige que les « gouvernements progressistes » interviennent afin de créer une base égalitaire et de mettre fin à « la distribution vers le haut », cela revient à prendre ses désirs pour des réalités. Le compromis à la fois social et démocratique des années 60 ne fera pas son grand retour dans le capitalisme du 21e siècle. Dans ce cas précis, Streeck est plus proche de la vérité que Wolf.

Entre post-capitalisme et post-marxisme

Mais Streeck ne s’arrête pas là. Pour lui, il est peu probable que le socialisme suive le capitalisme car il n’y a pas de force consciente ni de grande lutte qui y soit favorable. « Il n’y a pas de mouvement socialiste global », affirme Streeck, « en tout cas rien de comparable aux socialismes du 19e et du début du 20e siècle qui ont si bien combattu le capitalisme dans des luttes de pouvoir nationales. »

Au lieu de cela, il prévoit une nouvelle étape de barbarie après la chute du capitalisme, semblable à ce qu’a vécu l’Empire romain après sa chute au 5e siècle. Une économie d’esclavage sophistiquée a cédé la place aux États tribaux, les villes sont devenues des villages, les grands domaines fonciers ont été morcelés et les avancées technologiques ont pris fin.

D’une certaine manière, le point de vue de Streeck est le revers de la médaille des « post-marxistes » comme Paul Mason6 ou Nick Screnik7, qui pensent que le post-capitalisme, à l’inverse de ce que prévoit Streeck, apportera un monde d’abondance et de loisirs fondé sur le progrès dans la robotique, l’intelligence artificielle et l’économie numérique grâce à Internet. La fin du capitalisme se réalisera par un mouvement sur les réseaux sociaux. Dans leurs livres, également parus cette année, ces optimistes postcapitalistes estiment qu’il existe une révolution dans l’information qui crée une société d’abondance, une économie virtuellement sans coût ni main-d’œuvre. Cette révolution de l’information ne peut être arrêtée ni contrôlée par le marché capitaliste et les grands monopoles. Le mode de production postcapitaliste, fondé sur la libre propriété et la coopération de l’information, est déjà en train d’émerger du capitalisme, tout comme le capitalisme est apparu au sein de la féodalité.

Une société postcapitaliste et non industrielle où le peuple travaillerait moins et pourrait profiter de son temps libre serait-elle vraiment possible alors que le capitalisme s’étend mondialement et que les technologies ont remplacé le plus gros du travail industriel ? Ce concept d’un passage stable vers une société post-industrielle de loisirs provient directement de John Maynard Keynes, un économiste procapitaliste des années 30. Pendant la grande dépression des années 30, il enseignait à ses étudiants que le capitalisme était la voie du progrès alors que beaucoup d’entre eux commençaient à se tourner vers le marxisme pour expliquer les crises et vers l’alternative socialiste8.

La croissance a laissé place à une longue stagnation et les progrès économiques subsistants sont de moins en moins partagés.

Keynes estimait que le monde capitaliste permettrait d’atteindre une énorme croissance de PIB per capita et d’entrer dans une économie postcapitaliste de loisirs qui mettrait fin à la pauvreté. À juste titre, cette vision optimiste est totalement rejetée par Streeck. Comme il le démontre, la pauvreté continue de hanter le monde entier et reste une caractéristique inhérente au capitalisme qui est bien loin d’être devenu une société de loisirs : le temps de travail n’a presque pas diminué dans les économies avancées et reste très élevé dans les secteurs industriels des économies émergentes. Nous arrivons tous à peine à survivre (à part les 1 %) dans un monde où le travail est toujours plus précaire. En effet, une des caractéristiques de cette période (depuis la crise financière internationale) réside dans l’incapacité des revenus réels moyens à retrouver les sommets atteints il y a plus de dix ans, et ce, dans toutes les grandes économies.

Peut-on vraiment arriver de manière progressive à une société postcapitaliste de loisirs ? Cela nécessitera un soulèvement révolutionnaire global pour changer le mode de production et les rapports sociaux, même si la productivité potentielle du travail grâce aux nouvelles technologies et aux robots est déjà présente partout et pourrait nous libérer des travaux pénibles. En effet, le mode de production capitaliste est une entrave à cette libération ; les capitalistes forment une classe opposée à la liberté.

Pourtant, bien que Streeck ne se fasse aucune illusion quant aux technologies dans le post-capitalisme, il semble empli d’un cynisme qui rompt avec la classe ouvrière et qui découle de son expérience de la période néolibérale réactionnaire (un temps très court dans l’histoire humaine et même dans le capitalisme).

Adieu à la classe ouvrière ?

Le prolétariat ne représenterait-il plus une force de changement ? Plusieurs arguments empiriques s’élèvent contre la vision de Streeck. Globalement, la classe ouvrière industrielle n’a jamais été aussi nombreuse qu’aujourd’hui. Évidemment, la part des travailleurs industriels dans les économies avancées est passée de 31 % en 1991 à 22 % aujourd’hui. Bien sûr, les emplois dans les industries ont chuté de 24 % dans les économies avancées entre 1995 et 2005 puisque c’est dans ces économies-là que l’on désindustrialise. Dans ces économies, la main-d’œuvre industrielle a chuté de 18 % entre 1991 (130 millions) et 2012 (107 millions)9.

Mais globalement, il y avait 2,2 milliards de travailleurs produisant de la valeur en 1991. Ils sont maintenant 3,2 milliards : un milliard de plus en quelque vingt années. Mondialement parlant, il n’y a pas eu de désindustrialisation. Mondialement parlant, la main-d’œuvre industrielle a augmenté de 46 % entre 1991 (490 millions) et 2012 (715 millions) et elle dépassera les 800 millions avant la fin de cette décennie. La main-d’œuvre industrielle a augmenté de 1,8 % par an après 1991 et de 2,7 % par an entre 2004 et 2012, ce qui représente un taux de croissance plus rapide que celui du secteur des services (2,6 % par an). Le prolétariat international est plus nombreux et puissant que jamais.

Et n’oublions pas que la lutte des classes n’a jamais disparu. Même dans la Chine autoritaire, des milliers de grèves ont lieu chaque année. Et tous les mouvements dits populistes apparus en Europe et en Asie ne sont pas de droite. Podemos en Espagne, Syriza en Grèce, même le Mouvement 5 étoiles en Italie sont perçus comme des exemples d’alternatives anticapitalistes. La double victoire du socialiste Jeremy Corbyn en tant que leader du Parti travailliste du Royaume-Uni a entraîné l’arrivée d’une foule de nouveaux membres à tel point que, avec 650 000 membres, le Parti travailliste britannique est à présent le plus grand parti de gauche en Europe. Aux États-Unis, tous les sondages montrent que le sénateur Bernie Sanders, qui se dit lui-même socialiste, aurait battu Donald Trump ou Hillary Clinton s’il était arrivé au second tour. Il reste encore de l’espoir.

Marx n’avait pas le « préjugé optimiste » dont Streeck l’accuse. Marx a reconnu lui aussi que la barbarie décrite plus haut pouvait suivre la chute du capitalisme et qu’il n’y avait aucune garantie que le capitalisme soit suivi du socialisme. Marx disait également comme Streeck que sans un « sujet révolutionnaire » (la classe ouvrière par exemple) pour mener une action politique qui mettrait un terme au mode de production capitaliste, rien ne changerait. Streeck a raison de dire que le capitalisme n’a pas d’avenir à long terme, mais a-t-il raison de penser qu’il n’y a rien pour le remplacer et faire avancer la société ?

  1. Wolfgang Streeck, How Will Capitalism End? Essays on a Failing System, Londen, Verso, 2016, 272 p.

Footnotes

  1. Aditya Chakrabortty, « Wolfgang Streeck : the German economist calling time on capitalism », The Guardian, 9 décembre 2016. Voir : http://www.theguardian.com/books/2016/dec/09/wolfgang-streeck-the-german-economist-calling-time-on-capitalism.
  2. Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian et Craig Calhoun, Does Capitalism Have a Future ?, Oxford University Press, 2014.
  3. Michael Roberts, Profit cycles — do they exist ? Voir : https://thenextrecession.wordpress.com/2010/02/11/profit-cycles-do-they-exist/.
  4. Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle, Éditions du Seuil, Paris, 2013.
  5. Dans l’interview par Aditya Chakrabortty, voir note ci-dessus.
  6. Paul Mason, PostCapitalism : A Guide to Our Future, Penguin, 2016.
  7. Nick Screnik, Alex Williams, Inventing the Future : Post-capitalism and a World Without Work, Verso, 2016.
  8. Voir : http://www.econ.yale.edu/smith/econ116a/keynes1.pdf.
  9. International Labour Organisation, A World of Work, 2015.